Ecole_Roumanie_romania

72 millions d’enfants non scolarisés

DANS LE MONDE, 72 MILLIONS D’ENFANTS NON SCOLARISES soit 1 enfant sur 5 ! 38 millions en Afrique Subsaharienne 15 millions en Asie du Sud et de l’Ouest. Toujours près 774 millions d’adultes analphabètes dans le monde (soit 1 sur 6),  64% sont des femmes.
L’éducation est le deuxième objectif du Millénaire pour le Développement

Après le premier objectif de faire disparaître l’extrême pauvreté et la faim, le second revendique le droit à une éducation primaire pour tous les garçons et filles d’ici 2015. Quant au troisième, il veut promouvoir l’égalité des sexes et éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaires et secondaires d’ici 2015.
Depuis 2000 (Forum mondial de l’Education pour tous de Dakar…), les états ont fourni des efforts notamment dans le cadre de la Campagne Mondiale pour l’Education et plus de 30 millions d’enfants ont pu être scolarisés. Cependant, on sait d’ores et déjà que l’école primaire universelle, premier des Objectifs du Millénaire, ne sera pas atteint d’ici 2015 !
Alors que l’école est la clé du développement…

L’éducation est un élément clé du développement d’un pays : elle permet de réduire la mortalité infantile, d’améliorer la santé et la nutrition, elle a une influence très sensible sur la baisse de la croissance démographique, etc. Elle permet à chacun, d’être à même d’exercer son rôle de citoyen… L’éducation des filles est un facteur déterminant  de développement d’un pays, or la majorité (3/5) des enfants privés du droit d’aller à l’école sont des filles. Car chaque fille qui ne pourra aller à l’école sera privée toute sa vie de nombreuses possibilités (entres autres, de mieux exercer ses droits, de veiller au bien-être et à la santé de ses enfants…)  et ce gaspillage de potentiel se répercutera sur sa famille, sur la société et les générations à venir…

La faiblesse des budgets d’éducation

L’Etat joue un rôle bien plus important dans l’économie et l’éducation dans les pays à niveau de développement humain élevé (en Amérique du Nord et en Europe occidentale, 5,2 % du PIB est consacré à l’éducation) que dans les pays à faible développement humain (en Asie de l’Est, dans le Pacifique et en Afrique subsaharienne, de 3,9 à 3,3 % du PIB). Selon l’UNESCO, atteindre un accès universel à l’école primaire d’ici 2015 dans les pays en développement et en transition coûterait 9 milliards de dollars supplémentaires par an. Les pays riches dont la France doivent assumer leur part de financement (et doubler leur niveau actuel de financement au travers de l’Aide Publique au Développement).
De plus, près de 55 pays en développement ont de vrais besoins matériels : bâtiments et installations, fournitures scolaires… afin d’être en mesure de scolariser l’ensemble des enfants.
La rémunération des personnels enseignant et administratif est le premier poste des dépenses de fonctionnement de l’enseignement, ce qui évince d’autres dépenses notamment celles pour le matériel pédagogique.
Cependant, les conditions de travail, de recrutement et de rémunération des enseignants posent problème dans de nombreux pays du Sud et ont pour conséquence une véritable « crise » du métier avec le gel d’embauches de fonctionnaires, le recrutement de contractuels (à niveau BEPC) 2 à 3 fois moins bien payés que les enseignants titulaires… et avec des conséquences sur la qualité de l’enseignement.
Cette qualité est un réel enjeu aujourd’hui (et est un des Objectifs de l’Education pour tous de Dakar) notamment « retenir » les élèves en classe et leur permettre d’achever un cycle complet d’étude. Car sur 10 enfants qui entrent en primaire en Afrique subsaharienne, 4 abandonnent en cours de scolarité et sur les 6 qui arriveront en fin de cycle, seulement 3 auront acquis les fondamentaux.