pays_haiti_acded

Haïti : l’éducation, une urgence

    • 1 adulte sur 2 ne sait ni lire, ni écrire.
    • 1 enfant sur 3 n’a pas la chance d’aller à l’école.
    •  Des enseignants peu formés : 1 enseignant sur 10 a le profil suffisant requis.
    • Des classes surchargées
    • 6 classes sur 10 ne sont pas tenues dans des écoles, mais des bâtiments à autre finalité.
    • 1 élève sur 2 en retard scolaire par rapport à son âge : l’âge moyen pour passer l’équivalent du baccalauréat est de 21 ans.

« En dépit des efforts publics et privés pour essayer de combler l’énorme retard éducatif du pays et son grave déficit de qualification technique et professionnelle, les indicateurs sont toujours aussi inquiétants dans ce domaine ». Rapport PNUD, 2002. « Une autre source de préoccupation sociale soulevée par le rapport est le rythme de la progression démographique qui donne chaque année plus d’ampleur aux besoins sociaux de base. »

Le système éducatif haïtien
Le système de l’éducation se divise en 4 niveaux : le préscolaire (maternel) ; le primaire ; le secondaire et le niveau universitaire. Le système éducatif est majoritairement privé : les ¾ des élèves.
Les récents résultats positifs en matière de scolarisation primaire ont été essentiellement enregistrés dans le privé : 47 % d’élèves scolarisés en primaire en 1993 contre + 67% aujourd’hui. Les frais de scolarisation sont donc élevés et le déclin de l’enseignement public, généralement gratuit, affecte davantage les familles les plus pauvres. L’enseignement privé, quant à lui, n’est pas homogène, les frais de scolarité se fixent par la loi du marché et il y a peu d’informations sur la qualité des établissements. Dans le secondaire, on enregistre la même distribution public- privé.
L’Etat haïtien intervient peu au niveau de la construction et de l’équipement des écoles et paradoxalement, est plus présent au niveau du paiement des salaires des enseignants.
Une augmentation sur les vingt dernières années des taux de scolarisation dans le primaire et le secondaire est à noter surtout dans les zones rurales, ainsi qu’une tendance à l’égalité filles/garçons dans les classes.
Mais cette amélioration ne peut effacer les chiffres encore alarmants de l’éducation en Haïti où 1/3 tiers des enfants ne sont toujours pas scolarisés et où la loi de l’obligation scolaire est trop souvent contournée.
Le taux d’alphabétisation à l’âge adulte est de 50,8 % en 2001, soit un pourcentage d’alphabétisés inférieur au taux de l’Afrique (61%) et bien inférieur à sa moyenne régionale de l’Amérique latine de 88%.
Malgré une hausse de la fréquentation scolaire, le niveau des élèves est faible : les redoublements sont fréquents et la moyenne d’âge des élèves est élevée : 70% des élèves commencent à accéder à l’école à l’âge de 9 ans. Le niveau des enseignants est lui aussi très faible (25 % ont un niveau égal ou inférieur au niveau de la 4ème année du secondaire) car il n’y aucune vérification de l’Etat sur les diplômes, les contenus reçus lors des formations et surtout faute de moyens humains et financiers.

 http://www.solidarite-laique.asso.fr/