stephane hessel

Stéphane Hessel

IMG_5644

La rumeur qui bruissait dans la matinée sur les réseaux sociaux a été confirmée par son épouse : l’ancien diplomate et résistant Stéphane Hessel est mort dans la nuit du 27 février 2013 à l’âge de 95 ans. Les hommages n’ont pas tardé à affluer, notamment sur Twitter.

 

Le 21 septembre 2010, nous recevions (Partage Marne Ardennes)  sous le beau soleil de notre belle ville de Charleville-Mézières, dans les ardennes françaises, un vieux Monsieur de 93 ans. Monsieur Stéphane HESSEL, Ambassadeur de France. En 1941 il à 24 ans, il part à Londres rejoindre le Général de Gaulle. Envoyé en mission en France, deux fois, il se fait arrêter, deux fois condamné à la pendaison, il s’échappe. Le calme revenu, il participe à la rédaction et à la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme. Vous savez, cette chose périmée. Merci Monsieur Hessel. Quel bel exemple de non-violence et de paix ! Quel magnifique cadeau aux générations suivantes.
Pour les partenaires de Partage, pour les enfants, les adultes des divers programmes soutenus par Partage dont le siège est à Compiègne, agissons afin que ces droits qui nous ont été octroyés hier, ne soient rejetés aujourd’hui, enterrés demain.

 

IMG_5586

Photo de Stéphane Hessel avec Partage

 

Témoignages :

Une pétition, ainsi qu’une tribune dans Libération, intitulée « L’indignation doit entrer au Panthéon », appelle même à le faire entrer au Panthéon : « Le message de Stéphane Hessel, cet appel à l’indignation, ce refus de toutes les formes d’injustices doit désormais faire partie de notre héritage commun », disent les signataires, parmi lesquels les écologistes Julien Bayou et Eva Joly.

Six députés socialistes ont aussi demandé à François Hollande « d’organiser un hommage national » à M. Hessel, jugeant qu’il « doit être du niveau de ce que cet homme a donné à la France ». « Nous avons maintenant une mission : celle de transmettre sa mémoire, ses valeurs et sa pensée qui doivent à tous, et particulièrement aux jeunes générations, nous servir de modèle pour l’avenir », écrivent ces députés dans une lettre au président de la République.

Le président François Hollande a rendu hommage, dans un communiqué diffusé mercredi par l’Elysée, à cette « grande figure, dont la vie exceptionnelle aura été consacrée à la défense de la dignité humaine ». « C’est au nom de ses valeurs qu’il s’engagea dans la Résistance », souligne-t-il, avant d’évoquer aussi le diplomate qu’il fut « au service de la paix » et l’Européen « marqué par la guerre », qui s’est « mobilisé pour l’unification de notre continent ». En outre, ajoute François Hollande, « c’est en humaniste passionné qu’il s’est livré à tous les combats pour les droits de la personne humaine, pour lutter contre les préjugés, les conformismes, les conservatismes ». « Sa capacité d’indignation était sans limite, sauf celle de sa propre vie. Au moment où celle-ci s’achève, il nous laisse une leçon, celle de ne se résigner à aucune injustice », conclut le communiqué.

Jean-François Copé, président de l’UMP, a salué en Stéphane Hessel « un grand Français », avec sa « force de conviction, sa sincérité » même s’il n’a pas partagé toutes les causes de cet homme de gauche. « Dans une période où nous avons tendance à avoir la mémoire qui flanche, hommage à celles et ceux qui ont tout donné pour le salut de notre pays lorsque celui-ci était fracassé par la tragédie », a encore déclaré M. Copé à propos de celui qui fut une figure de la Résistance.

Eclairage : Stéphane Hessel, le défenseur opiniâtre des droits des Palestiniens

Le Parti socialiste – via son premier secrétaire Harlem Désir – a rendu un vibrant hommage à Stéphane Hessel, qui avait participé à son dernier congrès. « C’est l’ensemble de notre pays qui est endeuillé : par ses combats et ses valeurs, Stéphane Hessel incarnait une part de l’âme universaliste de la France », écrit le numéro un socialiste dans un communiqué.

Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë rend quant à lui hommage à « l’humaniste authentique, le résistant indomptable et le penseur généreux qu’il était ». « Il nous laisse l’héritage inestimable de sa combativité au service des valeurs universelles de l’homme, et de son sens inaliénable de la liberté », poursuit le maire de Paris.

Jean-Marie Cavada, eurodéputé, vice-président du Nouveau Centre, a déclaré dans un communiqué : « Avec la mort de Stéphane Hessel, l’Europe perd l’appui d’un Européen profondément convaincu. Il pensait que la France ne pouvait avoir de destin international qu’à travers une puissante collaboration avec l’Allemagne, et un militantisme pour une fédération européenne. Totalement enraciné dans l’histoire du XXe siècle, Stéphane Hessel avait une personnalité forgée dans les années de guerre, dans les années libertaires des mouvements surréalistes qu’il a côtoyés, et dans le mendésisme qui fut jusqu’à la fin une sorte de bible politique. »

Sur son compte Twitter, Valérie Trierweiler, compagne du président François Hollande, rend ainsi « hommage à Stéphane Hessel, disparu à 95 ans après une vie exceptionnelle ».

Extrait du site internet du Monde